Haut

Gypsy Trilogy : 3 films sur le peuple voyageur

Cinéma les 400 Coups - Villefranche-sur-Saône

Du 27 décembre au 16 janvier 2018

Ces trois superbes films européens permettent de mettre en valeur ce peuple si peu présent à l’écran à part pour quelques cinéastes contemporains (du reste fortement influencés par un de ces films). Car qu’ils soient Zingari, Roms ou Tziganes nous aurons l’occasion de les approcher dans ces films, italien, yougoslave ou tchécoslovaque, actuel ou plus anciens. Montrées de manière âpre ou plus poétique ces communautés sont vraiment mises en valeur et sans démagogie. Laissez-vous tenter par cette Gypsy trilogy et (re)découvrez ces films puissants. 

 

A CIAMBRA (Jonas Carpignano, 1h58)

Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop lourd pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix déchirant.

"Caméra à l’épaule, suivant cette boule de vie et de nerfs qu’est le jeune Pio Amato, le film de Jonas Carpignano, dans une ligne sociale qui fait penser aux frères Dardenne, fonctionne à l’énergie : on s’y laisse prendre." Le Dauphiné Libéré

"Les Affranchis chez les Gitans, en quelque sorte. A Ciambra a d’ailleurs été soutenu par Mar- tin Scorsese, grâce à un fonds d’aide aux ci- néastes émergents. Un statut que Jonas Carpigna- no n’a vraiment pas volé." Télérama

 

J'AI MÊME RENCONTRÉ DES TZIGANES HEUREUX (Aleksandar Petrovic, 1h32)

De nombreux Tziganes vivent dans la vaste plaine de la Voïvodine, en Serbie, où ils exercent de petits métiers. Vivant de son commerce de plumes d'oie, Bora, jeune et insouciant, se veut libre mais il est marié à une femme plus âgée. Il rencontre Tissa une jeune sauvageonne, et s'éprend d'elle. Mais Mirta, beau-père de Tissa, déjà son rival en affaires, devient aussi son rival en amour.

"Une tempête de sentiments et de danses folles où la mélancolie nous attrape à la gorge, nous entraîne au cœur des noces de l’amour et de la haine, nous laissant tout à la fois blessé et habité." Libération

Ce film a eu une influence évidente sur des cinéastes comme Kusturica ou Gatlif. Considéré comme le meilleur film de l’histoire du cinéma yougoslave par la critique du pays, le film a reçu le Grand prix du festival de Cannes 1967.

 

RÊVES EN ROSE (Dusan Hanak, 1h21)

Jakub, facteur rêveur et magicien en herbe, jongle entre les colis et les services rendus aux villageois. Son regard croise celui de la belle gitane Jolanka. Ensemble, ils vont tenter de vivre un premier et grand amour, malgré la pression de leurs communautés respectives…

"Bien que tournant avec de vrais tziganes, pour la plupart des acteurs non professionnels, le réalisateur se détourne de la chronique réaliste au profit de say- nètes tour à tour drôles et poétiques, émouvantes et satiriques, aidé en cela par la superbe bande-originale de Petr Hapka." Culturopoing.com 

Salles participantes

Villefranche-sur-Saône - Les 400 Coups

Films associés